L'histoire de Michel Germain, historien

 

 Michel Germain est né en 1945 à Annecy (Haute-Savoie). Il fait des études secondaires aux lycées Berthollet d’Annecy et Guillaume Fichet de Bonneville. Il poursuit des études supérieures à l'Université de Grenoble. Professeur agrégé, diplômé de l'Institut de Géographie Alpine, il entre dans l'enseignement en 1970. Après plusieurs années passées à enseigner à Agadir, au Maroc, il revient tout d’abord à Chambéry, puis en Haute-Savoie.

    Marié, père de deux enfants, il enseigne jusqu’en 2005 dans la région annécienne.

    Dans le cadre de l’Éducation Nationale, il publie plusieurs ouvrages concernant la didactique de la matière et participe à des recherches pédagogiques nationales au sein de l’I.N.R.P. Il a également réalisé des films de télévision pour le Centre de Documentation Pédagogique et FR 3, dans le cadre de l’émission « France face à l’avenir ».

   Profondément ancré dans le terroir qui l'a vu naître, il se lance dans l'étude de l'histoire locale en 1983, se spécialisant notamment dans les recherches historiques sur la Seconde Guerre Mondiale. 

    Il publie une chronique en 4 volumes de l’Histoire de la Haute-Savoie entre 1939 et 1945. Il publie ensuite l’album, référence de l’avis de tous, sur Glières lors du cinquantième anniversaire des combats des Glières, puis l’année suivante le Mémorial de la Déportation complète le travail avec l’Histoire de la Milice. Il devient alors l’historien de la Seconde Guerre Mondiale pour ce département poursuivant ses travaux de recherches sur le sujet. Son œuvre de mémoire se poursuit avec "Haute-Savoie rebelle et martyr", mémorial de la Haute-Savoie 1939-1945

    Parallèlement, Michel Germain publie de nombreux livres de géographie et des guides ainsi que des ouvrages concernant la fin du XIXè et le début du XXè siècle. Il participe également à de nombreux autres ouvrages.

 Son installation estivale dans le Var depuis les années soixante dix, l'amène tout naturellement à écrire sur cette terre d'adoption et il publie quelques ouvrages sur le pays de Fayence et des Siagne.

   Chevalier dans l'Ordre National du Mérite, Officier dans l'ordre des Palmes Académiques, Chef d'escadron dans la Réserve citoyenne de la Gendarmerie nationale, (médaille des services volontaires de l'armée échelon bronze), membre depuis sa fondation de l'Association des Glières, il fonde en 1991 la Société des Auteurs Savoyards, regroupant près de cent trente auteurs,  société qu'il préside depuis cette date. En 1998, il crée la Délégation territoriale des Amis de la Fondation de la Mémoire de la Déportation et de la Résistance. Il est membre associé de l'Académie de Savoie. 

     Il est, à partir de 1999, chef de projet pour l’A.E.R.I. (Association pour les Études sur la Résistance intérieure) et réalise le CD Rom sur l’Histoire de la Haute-Savoie durant la guerre (publié en 2005). En 2000, sort son premier roman, roman historique. Depuis, il continue à donner des conférences et à rencontrer les jeunes scolaires, ainsi qu’à écrire sur la Haute-Savoie 39-45 tout en d’évoluant vers le roman historique ou policier.

S'ajoutant à la bibliographie que vous trouverez sur ce site, il a dirigé une collection nationale sur les Paysans, aux éditions Horvath et il écrit de nombreux articles dans divers bulletins municipaux, divers journaux (dont le Dauphiné Libéré plus de 300 articles), revues nationales (revue des Troupes de Montagne, le Patriote Résistant, Alpes Magazine, Relief...) et dans les bulletins des associations de résistants tels Message (Association des Glières), Le Trait d'Union (A.N.A.C.R.) et Le Savoyard libéré (F.N.D.I.R.P.). Il a également participé en tant que conseiller historique à plusieurs films TV (« La Haute-Savoie pendant la guerre », « Épuration 1944 » et « Glières »), ainsi qu'au film « Milice film noir » de Ferrari, sorti en 1998. Il joue  son propre rôle d’enseignant en 2004 dans le film « La Leçon d’Histoire » de B. Reydet, où cinq déportés témoignent de leurs parcours.  En 2009, il participe activement à la réalisation d’un DVD  sur la Libération de la Haute-Savoie et en 2010, il est l’un des moteurs de la cérémonie en hommage aux Sauveteurs de l’ombre, celles et ceux qui aidèrent des réfugiés juifs dans les années noires.

Le devoir de Mémoire, précédé du devoir de connaissance, reste pour lui une « incontournable mission » :

         «L’engagement que j’ai pris en 1983 d’écrire l’histoire de la Haute-Savoie durant la Dernière guerre mondiale s’est bien vite renforcé d’un engagement politique et philosophique. Il m’est apparu très rapidement que le devoir et le travail de mémoire étaient de plus en plus nécessaires tant pour nos jeunes que pour l’ensemble de notre société. Tout en rendant hommage aux Anciens, en travaillant auprès des jeunes scolaires ou non, j’ai toujours voulu utiliser l’Histoire comme un outil pédagogique au service des droits de l’Homme et du Citoyen et des vraies valeurs de notre démocratie, toutes choses qu’il faut défendre constamment. Pour moi, l’Histoire doit servir et être utilisée, au delà de la mémoire, outil de cohésion de notre Nation, comme une leçon d’éducation civique qui doit permettre cette cohésion, ces mises en valeurs de toutes ces notions ainsi que la rencontre entre les générations. »